♦ Voyages Missions  Mai 2012 ♦

Notre présidente est partie en mission à Madagascar le jeudi 27 Avril.  Nous lui laissons la "parole" de ses activités sur place.

Arrivée à Tana vendredi 28 avril

Je suis partie le lendemain matin pour la fête des paysans de Fenoarivo. J'ai retrouvé les embouteillages, la pollution, les odeurs (désagréables !!!) de Tana et la surpopulation dans le taxi-brousse, la vie d'ici quoi. !!!!!

fetepaysansJ'ai pu assister à la fête des paysans du « Village Aïna », rencontrer les familles, et voir leurs réussites grâce au soutien de l'équipe responsable des Sœurs de la Sagesse. J'ai eu l'honneur de représenter l'Association près des élus locaux et des présidents de comités villageois qui nous font confiance pour construire cette école de Soavimbahoaka.

La fête a duré tout le week-end, le samedi offrait une exposition des produits locaux offerts par les paysans et le dimanche était plus réservé aux danses et aux chants. Différents groupes ont concouru pour gagner des lots (outils, semences....) et d'autres outils (râteaux et fourches) ont récompensé les familles qui remboursaient le mieux leur micro crédit.

 Tous les produits exposés étaient proposés à la vente et cet argent revient aux paysans qui peuvent bénéficier de voyages d'études, de stages, de formations diverses y compris alphabétisation.paysansfenoarive

 Actuellement la cantine reçoit 130 enfants, le local s'avère déjà trop petit et 3 services sont nécessaires le midi. Une nouveauté: le PAM (Programme Alimentaire Mondial) permet un goûter aux élèves composé d'une sorte de gâteau fait à partir d'une poudre nourrissante.

 Les actions près des enfants se multiplient et le parrainage que nous allons mettre en place maintenant va encore améliorer le développement de cette région.

 Mon emploi du temps se remplit et demain étant férié (fête du travail oblige) je vais faire le point et organiser les démarches à faire et les déplacements à envisager. Globalement tout va bien pour les élèves parrainés l'an dernier même si notre primo-élève de 9 ans a du mal à suivre les cours, et sa main est récalcitrante à la calligraphie. Après quelques années de vie dans la rue son attention reste vagabonde, et sa capacité de concentration a manqué de stimulation mais il s'accroche. Son papa, veuf, illettré et sans qualification, ne trouve pas de travail et les repas sont insuffisants, souvent une seule soupe populaire à partager le midi.

 Voilà les premières nouvelles de la mission 2012 et je signale tout de même qu'à partir de 16h je dois m'habiller chaudement....l'hiver pointe son nez un peu tôt sur les Hauts-Plateaux de Madagascar. !!!

Bien solidairement.    Béatrice   

Jeudi 10 mai de Tana.

De nouveau devant « mon devoir » pour vous informer de ce qui se passe pendant cette mission de l'association en 2012.

Sahondra est heureuse de sa formation mais il lui est demandé des efforts pour être « plus professionnelle » dans ses stages.....ça viendra avec le temps et d'autres stages car elle a encore beaucoup à apprendre. Contrairement à chez nous, les stagiaires doivent posséder le matériel qui leur est nécessaire : tensiomètre, stéthoscope, garrot, coton, désinfectants, seringues, etc....ça augmente le prix des études. Son logement est propre, clair, confortable et sécurisé. Elle a une cuisine à sa disposition et grâce au parrainage ce logement a été complètement équipé. Ses parents lui fournissent les provisions de riz et de légumes quand il y en a. En ce moment l'association prend en charge le riz car la nouvelle récolte n'est pas encore faite dans le village.

sarobidyetpapaAvec José nous avons rencontré l'enseignante de Sarobidy, l'enfant des rues qui a commencé l'école à 9 ans à la rentrée dernière. Devant ses difficultés il redoublera....et constat est fait que, comme beaucoup d'enfants, il a souvent le ventre vide et s'endort en classe ou ne peut pas se concentrer. Avec le parrainage nous lui offrons un goûter le matin et une cantine le midi les jours de classe ainsi que 2 livres pour la lecture conseillés par l'enseignante. Il est fier et heureux de manger à l'école, ce qui décharge un peu le papa qui peut travailler entre 12h et 14h.

A Tamatave j'ai rencontré le Professeur Armand, directeur du CHU de Tamatave qui accueille des jeunes volontaires infirmiers français. Durant ces 2 journées je n'ai eu que de la pluie...pas un temps pour les vacances!!!! La côte Est reçoit beaucoup de pluie et a été très abîmée par le cyclone Giovanna : j'ai vu les arbres cassés, les cases rasées et les récoltes de riz et de fruits sont compromises. Eh oui, le riz manquera encore cette année.....

 

Avec un groupe de touristes français je suis passée voir les artisans de la tôle. Certaines familles, (3) moins démunies que d'autres ont réussi à accéder au branchement électrique, ce qui leur permet de travailler tard le soir. Les autres attendent patiemment une aide de Vahiny et cette visite leur redonne espoir. C'est incroyable ce qu'une simple visite peut leur apporter.... Rola et sa femme aimeraient bien avoir plus de facilité pour puiser l'eau nécessaire. Leur puits est profond et l'eau se trouve à 22m, une simple corde et un seau permet l'approvisionnement quotidien, ce qui est épuisant à la longue pour leur petit gabarit. Rola fabrique des petits vélos et des solex.

Samedi je suis invitée à un mariage franco-malgache, je vais découvrir une tradition encore inconnue pour moi. Devant cet imprévu j'ai fait appel à une couturière et je serai prête pour cette fête, avec un petit air malgache sans doute...mais très bien tout de même (à mon avis).

Ce même samedi je partirai vers Fenoarivo où une rencontre avec les représentants des parents d'élèves de l'école de Soavimbaoaka est prévue dimanche matin. Comme d'hab, mon temps est bien chronométré.

A défaut de soleil je profite des fruits locaux, mûris sur l'arbre donc très parfumés : goyaves, kakis, pommes, caramboles, mandarines, oranges, citrons, pamplemousses, ceux-là énormes tout comme les avocats qui se mangent aussi en dessert et sans oublier les bananes..... Je vous invite toutes et tous à venir remplir votre « soubique » sur les étals colorés des marchés malgaches .

Mardi 15 mai 2012.

 Une semaine vient de s'écouler depuis mon dernier message et je crois que mon silence devient inquiétant pour certains. Non, non, pas d'inquiétude, je suis toujours là, je reviens simplement de 3 jours en brousse où l'internet passe bien haut, au-dessus des nuages.... !!!!! Peu de réseau et surtout pas de cyber en vue.

Après une belle journée au mariage de samedi où j'ai découvert le déroulement d'un mariage malgache (très joyeux et dansant) je suis partie à Fenoarivo pour la mission-école.

 ftelvesDimanche matin, à 8h30 le projet de la construction de l'école primaire a réuni tout un staff : la directrice de l'école, l'équipe responsable de l'enseignement, le comité des parents d'élèves, l'équipe paroissiale et la diaspora de Soavimbahoaka (dont la maire d'Alakamisy), ce projet demeure en chantier depuis plus de 2 ans. Au cours de la réflexion l'idée émerge que Soavimbahoaka a besoin d'une école digne de ce nom, c'est-à-dire complète avec préscolaire, maternelle et cycle du primaire jusqu'en 7éme, cela au vu de l'augmentation constante du nombre d'élèves et en évitant les classes doubles. Actuellement 3 enseignants prennent en charge 53 enfants de la maternelle à la 9ème et la rentrée d'octobre doit proposer une classe de 8ème. Une réunion est fixée entre toutes les parties citées précédemment début juillet. Les parents assureront la sécurité du chantier et un logement (le presbytère inoccupé) est proposé à la directrice Ce logement sera remis en état par la diaspora de Soavimbahoaka.


Lundi matin
une visite des classes était au programme et les enfants m'ont accueillie en chantant et dansant devant un groupe de parents venus pour me rencontrer. Après ce temps festif et quelques « kabary » (discours traditionnels) je me suis retrouvée sous une avalanche de cadeaux : produits artisanaux de la part des enfants et fruits de la terre de la part des parents. Je suis repartie les bras chargés de riz, brèdes, manioc, haricots verts, bananes, oranges, citrons, goyaves, bibassy et même du pain.....Quelle générosité ont ces gens démunis!!!!

 Le midi, à Benasandratra, re-cadeaux par les enfants de la cantine....pas possible, mon cœur va péter d'émotion !!!!! Là, j'ai pensé fort à Régis qui, avec moi, aurait eu les yeux humides......

Comme il faut battre le fer quand il est chaud, une nouvelle réunion a lieu l'après-midi même avec Mr Nicolas, représentant des parents d'élèves, faisant parti de la diaspora (natif de Soavimbahoaka), Sr Florence et Sr Margot du « Village Aïna »  responsables locales, Sr Juliette de Tana, responsable du projet et le couple d'entrepreneurs de « Orientale ». Devant le souhait dans l'avenir d'avoir un bâtiment de 9 salles, des modifications sont nécessaires sur les fondations prévues pour un R+1. Le devis de ces travaux sera étudié par les familles et le financement assuré par la diaspora et les familles en capacité. Le devis soumis à l'association ne changera pas.

grandmreMardi matin je suis partie à pieds avec Sr Florence visiter 2 familles pauvres, vraiment pauvres, dont les enfants sont parrainés. Une grand-mère de 65 ans qui élève seule ses 2 petites-filles orphelines et une maman de 36 ans veuve et seule avec 5 enfants. Chaque famille vit dans une seule pièce de 5m2 environ avec un seul lit et quelques ustensiles de cuisine. Pas de meubles et peu de vêtements bien sûr. La grand-mère asthmatique gagne un peu de monnaie en faisant quelques lessives et la jeune femme après avoir été « esclave » dans une famille aisée a choisi, pour rester avec ses enfants, de laver le linge des autres pour 1500 ariary par jour soit l'équivalant de 0,60€. Je vous laisse deviner la qualité de vie de ces familles démunies qui gardent leur dignité malgré tout avec le soutien de personnes généreuses de la paroisse.

De retour à Tana, Vonjy et José m'ont présenté le bilan des parrainages de Tana, année scolaire en cours, et tout est bouclé jusqu'à fin juillet. Les prévisions pour la rentrée d'octobre se feront en temps voulu selon les orientations des élèves. Sarobidy, le primo-scolarisé de 9 ans, est ravi de bénéficier du goûter le matin et de la cantine le midi les 4 journées complètes d'école....il n'arrête pas de remercier timidement.

Demain mercredi, je rencontre à nouveau Sahondra qui me téléphone régulièrement pour me donner des nouvelles et vérifier que je suis toujours là.....Vendredi et samedi je serai avec José pour rencontrer Lova à Ambatolampy et son frère Eric à Antsirabe, nos 2 anciens du village de Soamanana que nous continuons à parrainer. Hanta leur maman est venue me rencontrer à Tana, elle confie se soucier pour Lova qui ne retient pas ce qu'il apprend, sa réussite au Brevet des collèges semble compromise. Eric est toujours dans le centre de détention pour mineur à Antsirabe où il va finir son année scolaire et lui aussi semble en difficulté dans le milieu peu porteur dans lequel il vit....nous verrons donc tout cela en fin de semaine.

Et dimanche, comme d'habitude, je serai à « Akamasoa » pour la célébration dominicale avec le Père Pédro et ses quelques milliers de pauvres issus du tas d'ordures de Tana: un moment de partage intense et de fraternité que tout le monde devrait connaitre un jour.....

A la prochaine pour la suite du programme.

Amitié de Béa.

Jeudi soir 24 mai.

De Tana, pour la dernière fois......

Et oui, la mission prend fin dans quelques jours. J'en rapporte beaucoup d'images, de notes ainsi que le dossier de l'école de Soavimbahoaka qui va mobiliser notre énergie cette année. Le point sur les parrainages a été fait avec l'« Association Miabo » et le « Village Aïna » et nous avons là aussi du travail sur la planche. Venez dans les commissions,  nous ne serons pas trop nombreux pour tous ces projets... et n'oubliez pas de visiter le site régulièrement.


Vendredi et samedi derniers, accompagnée de José, un de nos 2 relais à Mada, j'ai rendu visite à Lova et Eric, avec leur maman Hanta. Devant nos constatations et après réflexion, nous estimons urgent d'accélérer la sortie d'Eric de son centre où il subit l'influence des jeunes délinquants de son entourage. Nous ferons « à la malgache » comme dit souvent José, pas le choix ici. Lova doit passer son Brevet cette année et cela l'inquiète beaucoup. La plupart des enseignants du public sont en grève depuis 2 mois et, sans cours, comment les élèves vont-ils se présenter aux épreuves officielles qui les attendent.....

Pendant que nous revenions de cette équipée à Antsirabe, des manifestations ont enflammé le centre de Tana : quelques dégâts matériels et 2 blessés. L'atmosphère est toujours plus ou moins tendue dans la capitale où les élections pour élire démocratiquement un président....tardent à venir.


Aujourd'hui je reviens de Tamatave où j'avais encore quelques démarches à faire et où je souhaitais aussi prendre un peu de repos. Raté....car notre bachelière Sahondra, qui a de la suite dans les idées dira-t-on, a pu se libérer pour effectuer ce voyage avec moi. Suite à son succès avec mention au baccalauréat l'association lui offrait un voyage-découverte de son pays en octobre 2011 mais cela n'avait pas pu se faire pour cause d'entrée à l'école de sage-femme. Voilà qui est fait aujourd'hui et Sahondra a découvert la mer pour la 1ère fois à 21 ans. Je ne vous explique pas ses éclats de rire, sa joie débordante et ses questions de tous ordres tout au long de la route et de ces 4 jours d'escapade (dont 2 de voyage en taxi-brousse): tout était découverte pour elle.

Peu de malgaches ont le privilège de voyager et de ce fait n'ont pas idée de ce qui fait les richesses de leur pays. L'association vient d'y contribuer.....merci à tous les parrains-marraines de sa part.

Le dimanche 20 je suis allée à Akamasoa rendre visite au Père Pédro (que nous avions accueilli à Pontchâteau en juin 2006) et à Melle Bao la présidente (qui avait permis la réception de notre premier lot de cuir). Après la messe, les jeunes lycéens d'Akamasoa ont proposé un spectacle, en français s'il vous plaît, retraçant les débuts de l'association du Père Pédro. Les milliers de spectateurs, pour lesquels le français est comme le chinois, ont laissé éclater leurs rires en entendant leurs enfants appelés, dans le spectacle, du nom des responsables d'Akamasoa, très connus de tous. Ces moments au milieu des pauvres sont toujours très forts, très touchants et aussi très chaleureux et naturels. Les enfants, pas encore trop marqués par la misère, attirent les regards et la sympathie, et ils font la course pour monter dans la voiture de « Mon Pera ». Les plus chanceux ont le sourire des vainqueurs......

                                               carossepedro

Pendant que j'écris, voilà que la pluie inonde à nouveau les rues de Tana.....c'est l'hiver me dit-on aujourd'hui. Mais en octobre-novembre aussi il pleuvait ????....c'était la saison des pluies... A Mada la météo n'est pas un sujet de conversation, on ne râle pas pour la pluie, ni pour le grand soleil ou la forte chaleur, ici tout est nature et naturel....... A méditer chez nous.

A très bientôt les amis. Béatrice.

Vous êtes ici : Actualités Année 2012